BINTABLOG

16 mai 2019

Guinée : un collectif d’avocats dénonce « l’interpellation illégale de citoyens »

received_620447418429529

Un collectif d’avocats dont l’ancien ministre de la Sécurité, Me Abdoul Kabélé Camara, a dénoncé ce jeudi 9 mai au cours d’une conférence de presse, « l’interpellation des personnes de manière illégale » en Guinée.  Les cas de l’homme d’affaires Mamadou  Alimou Barry et de l’opposant au troisième mandat Mamadi Kaback Bangoura ont été au centre de cette conférence de presse.

Mr Abdoul Kabélé Camara qualifie la situation d’« extrêmement grave ». « Alors que le peuple de Guinée devrait être conduit vers l’Etat de droit, nous nous replongeons dans des situations de séquestration arbitraire », déplore-t-il. L’avocat et ancien ministre estime inadmissible que Mamadou Alimou Barry soit « séquestré » pendant trois semaines sans être présenté devant le juge d’instruction et sans être assisté par un avocat.

<< J’en appelle à l’intervention de l’autorité publique et du gouvernement. Mamadou Alimou Barry n’est pas en dehors du cadre légal guinéen. S’il a fait quelque chose, qu’on le traduise alors devant une juridiction. Mais on ne doit pas le séquestrer », a lancé Me Abdoul Kabélé Camara. Et de poursuivre : « sa vie est entre les mains du ministre de la Justice, du Procureur général et du gouvernement ».

Sur le cas de Mamady Kaback Bangoura, le militant du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) disparu depuis la dernière manifestation anti-troisième mandat à Kindia, Abdoul Kabélè Camara parle également d’agissement anticonstitutionnel de la part du gouvernement. « C’est de la violation manifeste des libertés fondamentales dans le pays… S’il est arrêté, il doit être conduit devant les autorités judiciaires. On ne doit pas le garder longtemps au point d’être considéré comme disparu », a regretté l’avocat, qui a aussi appelé à une intervention rapide des autorités pour mettre fin à de telles pratiques.

Diallo Fatoumata Binta

Posté par MISSUCAO à 13:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Des femmes manifestent à Fria pour le départ du préfet.

received_390867821520853

mai 13, 2019

Tôt le matin du lundi 13 mai 2019, les femmes de la cité de l’alumine ont envahi l’esplanade de la préfecture la tête attachée d’un foulard rouge signifiant selon elles, le ras-le-bol de la gouvernance de Hadja Gnalen Condé préfet de Fria, a constaté Guineenews© sur place.

Scandant des slogans tels que : « Prefet zéro », « Gnalen zéro », « départ de Gnalen » « pas de 3ème mandat avec Gnalen », Mabinty  Condé la porte-parole de ces femmes explique que leur manifestation a pour objectif, le départ de Gnalen Condé.

 » Aujourd’hui, on va nous tuer ici. Il faut que Gnalen Condé parte d’ici. Depuis qu’elle est là, on souffre, nos maris n’ont pas de boulot et fait embaucher les gens de Conakry et d’ailleurs tout en ignorant nos enfants. En plus, elle détourne les marchés pour les donner aux étrangers tel que le projet ANAFIC (agence nationale de financement des collectivités) ou un seul entrepreneur de Fria a bénéficié d’un lot on a en a marre de sa présence ici à Fria. Que Alpha Condé vienne nous enlever cette dame qui s’enrichit sur le dos de nos populations. Qu’elle parte d’ici un point c’est tout ! », a-t-elle clamé.

Les tentatives de joindre le préfet ont été vaines.

Pour l’heure, ces femmes déterminées à en découdre avec le préfet disent qu’elles ne quitteront pas l’esplanade de la préfecture malgré la présence des forces de l’ordre.

A signaler que le préfet était dans son bureau, mais les forces de sécurité ont réussi à l’évacuer sans que les manifestantes ne s’en rendent compte

 

Diallo Fatoumata Bint

Posté par MISSUCAO à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2019

Guinée :L’UFR annonce la création d’un mouvement anti 3ème mandat

Le président de la république s’achemine vers la fin de son deuxième mandat constitutionnel qui arrive en terme de 2020 les suspicions quant à une modification de la constitution deviennent de plus en plus grandes c’est du moins le constat qui s’est dégagé lors de la fête des femmes le 8mars où des pancartes sur lesquelles des slogans favorables à la tenue d’un référendum constitutionnel,étaient ce sujet transporté à l’assemblée générale des forces républicaines (ufr) ce samedi 16 mars.
Pour la jeunesse du partie dirigé par l’ancien ministre Sidya touré,cette idée est à écarter de de l’ensemble des débats politiques du pays.

Posté par MISSUCAO à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Attaque terroriste au Mali l’étonnant silence du gouvernement guinéen

Les massacres de civils y compris des femmes et des enfants par des terroristes habillés en tenue de chasseurs traditionnels samedi dans le village d’ogossagou au Mali ont choqués tous les observateurs et créé une onde de choc dans les pays voisins y compris la Guinée décrite souvent comme à cause de l’affinité ethno culturelle entre les deux pays.
A l’aube le samedi 23 mars 2019 dans la zone de bankass près de la frontière entre le Mali avec le Burkina fasso une attaque terroriste a fait 134morts et 35 blessées grave ,les terroristes brûlant toute les cases et massacres des femmes enceintes vieillards et enfants.
Le conseil de sécurité de L’ONU a autorisé l’envoi d’une force de stabilisation appuyé militairement par la France l’Allemagne le Canada et financièrement par les pays arabes pétroliers.
Dans un communiqué le secrétaire général des nations unies ONU Antonio Gutierrez a déclaré qu’il condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie.

Posté par MISSUCAO à 21:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mars 2019

Boffa:Des fissurations sur une centaine de maisons une société chinoise accusée(président du district)

A soumbouyadi un district situé à 25 kilomètres de la ville de boffa dans la commune de tamita il y’a une centaine de maisons qui portent aujourd’hui des fissurations pour les habitants.

L’installation de la société minière chalco Guinée compagnie a soumbouyadi a permis l’ouverture de notre district,certains ont fait des constructions d’autres ce sont lancés dans la culture maraîchère à travers la compensation des terrains touelé par les activités de ladite société.

Posté par MISSUCAO à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]